Construite dans le but initial de relier les différents pôles industriels du Territoire de Belfort, la ligne de Belfort-Delle devint rapidement sujet de polémiques.
 
 
 
Les débuts de la ligne

 Pendant plusieurs décennies, des travaux gigantesques furent engagés par la France afin de détourner à son profit un trafic empruntant les voies ferrées allemandes. Ces travaux très importants, souvent peu rentables, résultèrent d'une volonté politique affirmée, celle de nier les obstacles posés par la nature face d'une part à la France dans sa lutte contre l'Allemagne ravisseur de le l'Alsace, d'autre part à la Compagnie de l'Est dans sa lutte contre le rail alsacien et badois.
Ce fut une autre volonté politique, celle de favoriser à tout prix l'Alsace-Lorraine, qui triompha après la guerre de 14, alors même que venaient à peine d'être achevés ces travaux, et la victoire finale revint incontestablement au tracé par le Gothard, triomphant du Simplon. La nationalisation des chemins de fer par le Front Populaire enleva à la voie Belfort-Delle l'une de ses dernières justifications, la rivalité entre la Compagnie de l'Est et les chemins de fer de l'Etat du réseau alsacien.
Une seule question ne fut jamais posée à l'époque : celle d'une complémentarité entre les deux voies, le Simplon permettant non de détourner une partie du trafic du Gothard, mais autorisant une meilleure répartition du transit suisse.
Cette question est aujourd'hui à l'ordre du jour. Elle peut l'être en raison de la construction entre 1873 et 1918 d'un réseau complet entre la France et l'Italie, au prix d'immenses difficultés, réseau dont la rentabilité future passe par l'étude de cette complémentarité.
 
 
       
      Crédits    Mentions légales    Réalisation PIMENTIC